Lady Motivation

Je suis une personne motivée (quand j'aime ce que je fais).
Et j'avoue que parfois, je me prends au sérieux (mais ça n'arrive pas vraiment souvent).

Mais il y a toujours des gens «plus» que toi.
Des gens vraiment trop motivés qui se prennent beaucoup trop au sérieux.
Et c'est toujours dans des contextes que toi, tu t'en fou un peu. Et tu ne peux pas le laisser paraître parce qu'il y a Lady Motivation à côté de toi.

Je m'explique (en donnant un exemple concret et en pensant à du monde en particulier)
Je travaillais dans une boutique de linge (quelconque, c'est vraiment pas important, tout ce qui est important de savoir, c'est que c'est une boutique de linge et qu'elle appartient à une chaîne, une grosse compagnie. Grosse dans le genre de «toutes femmes qui se respectent a au moins un morceau de vêtement qui vient de là»).
Je vous mets en contexte rapide: je suis étudiante, je fais ça à temps partiel, je suis payée au salaire minimum.
Est-ce que je suis motivée à travailler là? Pas tant que ça.
Est-ce que je prends ma job au sérieux? Pas vraiment...
(Attention là, je suis tout de même une bonne employée et je fais ce que j'ai à faire, mais sans excès, sans zèle, sans passion!)

Et je travaille avec Lady Motivation.
Elle, elle serait prête à se faire couper la main pour la compagnie. C'est le genre de fille qui, dans un hold up, préférais se faire tirer dessus plutôt que de donner la caisse. Le genre de fille qui, quand il n'y a plus rien à faire, TROUVE des tâches à accomplir afin d'être certaine de toujours être en train de travailler sur les heures où elle est payé. (Personnellement, sur mes heures de travail, je demandais à mes amies de venir à ma boutique, je m'enfermais dans une cabine d'essayage avec elles, on jasait et elles quittaient. Je ne faisais pas beaucoup de vente mais c'est ça la joie de ne pas être à commission!) Le genre de fille de 17 qui est en admiration devant la gérante de 22 ans.

Tu la vois aller et tu sais que tu ne seras jamais amie avec elle (ni la gérante de 22 ans).

Y'en a aussi, des Lady Motivation, à l'université (sans doute au cégep aussi, mais je ne pourrais pas dire, j'étais en Arts et Lettres. Notre priorité était de foxer, fumer des bats et trouver des idées de génies. Oui, moi aussi j'ai eu des années sombres). Tsé des filles qui, pour un travail de 10% font des nuits blanches, pour les examens commencent à étudier AVANT qu'on aille vu la matière et suggère qu'on se rencontre tous les dimanches, même si on n'a pas de travail à faire, juste pour discuter de nos apprentissages de la semaine.
Le genre de fille (je parle de fille ici puisque j'étudiais en enseignement primaire. Il y avait 3 gars: 2 absolument fendant et insupportablement ennuyeux et un roux auquel je n'ai jamais adressé la parole parce qu'il ressemblait à un écureuil) que tu sais son avenir. Elle va finir toute seule (avec un ou deux chats), avec un horaire serré de télé-roman et un passe-temps de tricot et de popotte maison. Et une fois par année elle va aller dans le Sud, avec ses chums de filles pareilles comme elle, se faire accroire qu'elle est heureuse.

Et la raison pourquoi je parle de Lady Motivation, c'est que j'en ai croisé une cette semaine.
Peut-être que je n'ai pas eu le mémo, mais aux dernières nouvelles, tu étais une employée à temps partielle payée à peine plus que le salaire minimum, pas la Reine de la Vie qui a des souliers en lingots d'or.
Alors pas de raison d'être stressée ok?

C'est pas que je suis une mauvaise employée, c'est juste que je suis réaliste.
Je sais que je n'hériterais jamais de cette entreprise, je sais que je suis remplaçable en un claquement de doigt et je sais que mes boss ne sont pas toujours derrière moi à vérifier si je les rends fiers.
C'est pour tout ça que je ne suis pas excessivement motivée au travail et que je ne me prends pas au sérieux.
Ha oui! Et je suis paresseuse un peu.

Commentaires

Articles les plus consultés