Quelque chose à faire (procrastination prise 2)

Aujourd'hui, j'ai décidé que je finissais mon cours à distance.
C'est AUJOURD'HUI que ça se passe.
Je n'y ai pas touché depuis 2 semaines, ça fait 2 semaines que je me sens mal (ok, pas tant que ça, mais je le dis pour me donner meilleure conscience), il faut que ça finisse.
J'ai même pris congé de la job pour avoir juste ça à faire.
J'ai même rien fait hier soir pour avoir vidé mon système de «rien faire, j'en ai besoin».
Je suis prête.

J'ai nettoyé mon bureau, ressorti mes notes de cours.
J'ai ma bouteille d'eau, du café, j'ai niaisé sur facebook 1 heure.
Je suis prête.
Alors pourquoi je ne suis pas en train de travailler?

Parce qu'il FAUT que je le fasse, je n'en ai pas envie.
Je ne suis pas concentrée.
Il faudrait que je fasse le lavage, que j'étende sur la corde à linge (qui est brisée, ce qui rend les choses tellement plus difficiles), que je change les draps, que je passe l'aspirateur, que je fasse la vaisselle et la litière, que je coupe les griffes des chats, que j'aille faire l'épicerie...toutes des choses qui ne me tente pas du tout en général mais qui AUJOURD'HUI me semblent vraiment attirantes.

J'ai envie de relire mon rapport d'impôt, d'écouter «Pour le plaisir» (je cite d'ailleurs une fille de CIBL: «C'est une émission de personnes âgées.» J'ai pensé m'étouffer de rire quand elle a dit ça en onde. Oui, en onde.), de faire ma liste de cadeaux de Noël, d'apprendre les chants grégoriens, de faire du yoga (même si j'ai toujours haïs ça pour mourir. Câline que je suis pas flexible), j'ai envie de préparer mon party d'Halloween de l'année prochaine, de passer le balai sur mon balcon, d'aller jouer dans les machines à sous du bar miteux au coin de la rue, j'aurais la patience d'apprendre à mes chats à marcher sur deux pattes et expliquer facebook à ma mère.
Clairement, je ne suis pas partie pour travailler aujourd'hui.
En fait OUI, je vais travailler, mais clairement pas sur mon cours.

Il faudrait que je me trouve quelque chose d'autre à faire, de tout aussi important. Mettons un cours à distance de neurochirurgien.
Et quand je n'aurais pas le goût de le faire, je vais laver mes planchers, apprendre l'espagnol, faire du bénévolat avec des gens violents et finir mon cours actuel.
C'est ça la vraie vie.

C'est décourageant de pas être motivée de même. Mais je me console en me disant que même si je ne fais pas la chose que j'ai à faire, je fais au moins pleins d'autres choses. C'est ça, être une personne positive.

Et maintenant, pour s'encourager, se soutenir, s'entraider, on se fait des high five et on va faire ce qui nous tente pas (mais qui est obligatoire, mettons: mon stupide cours à distance)
Ok? HIGH FIVE!!!
High five? Quelqu'un?

Commentaires

  1. High five mets-en ... aujourd'hui je dois absolument travailler sur mon travail de mi-session à l'université (bacc en enseignement professionnel) .................. pis ça me TENTE PAS BON !!! LOL hihi c'est pourquoi je suis en train de lire l'intégralité de ton blog ... ça m'aura permis de mieux te connaître ;o) ... mais j'aime un peu trop te lire, c'est pas très bon pour mon travail !!! Je compatis j'ai fait 2 ans d'études universitaire à distance ... ça demande une discipline assez exeptionnelle !

    Chrystine

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés