Mon esti de voisin (prise 2)

Bon, j'en ai déjà parlé, de mon esti de voisin.

Mettons que tu regardes le duplex où j'habite de face, moi je suis au 2e étage et lui, à notre droite au 1er étage. Tsé, c'est ce gars beaucoup trop manuel, avec des cheveux long qui ne s'est pas acheté un duplex, mais bien un projet de vie?

Après avoir retapé tout l'intérieur de son duplex pendant l'hiver, après avoir gâché (rien de moins!) mon été avec ses rénovations dans la cour (pour vrai, il a fallu que je ferme mes fenêtres vraiment souvent pour ne pas entendre le bruit ou pour ne pas avoir de bran de scie dans la maison et il fallait que je time mon étendage de vêtements sur la corde pour pas que mes vêtements soient plein de bran de scie…c'était vraiment un bel été!), je pensais avoir la paix au moins jusqu'à l'été prochain.

Mais non. Parce qu'il semblerait qu'il a trouvé d'AUTRES CHOSES à faire dans sa maison. Des choses qui incluent évidemment l'utilisation d'une scie-ronde, du piochage de marteau dans le mur qui nous sépare et des amis qui ne savent pas gérer le volume de leurs voix.

Depuis qu'il est là, je l'aime pas vraiment. Ou plutôt vraiment pas.
Je ne le salue pas, je lui fais des gros yeux, je ferme mes fenêtres en les faisant claquer. Je ne suis pas du tout sympathique. C'est ma façon de lui faire comprendre qu'il me gosse.
Façon subtile, j'en conviens. À ses yeux, j'ai sans doute juste l'air d'une fille bête qui sait pas vivre en société, mais bon.
Je ne suis pas game d'aller lui dire que j'en peux pu de ses (estis de) travaux. Alors tout passe dans mon non-verbal, à lui de comprendre le message!

Mais lui, il s'acharne un peu. Je pense qu'il n'est pas habitué que les gens ne l'aiment pas.
Il espère toujours un contact visuel (que je lui refuse) dans le but de pouvoir dire bonjour.

Mais hier, j'ai pas eu le choix. J'ai été prise au piège.
Je sors la récupération. Un voisin est sur le trottoir en train de faire la même chose. De dos, vite de même, je pense que c'est la voisine d'à côté que j'aime bien. Elle se retourne et HORREUR! C'est mon esti de voisin. (Il avait mis ses cheveux lousses, d'où ma confusion avec la voisine).
Je suis en train de le regarder et il me regarde.
Et on est juste 2 sur le trottoir.

Il en profite pour me lancer un «Bonjour!»
Mais c'était comme un bonjour plein de respect, comme si j'étais une vieille personne un peu sénile à qui on doit de la déférence parce qu'elle a connu la guerre.
Ma première pensée a été «On dit pas bonjour à cette heure-là». Ma deuxième pensée a été «Je le terrorise et il sait pas comment agir devant moi, mes yeux méchants et mon claquage de fenêtres porte fruit.». Ma troisième pensée a été «Merde, je viens de lui répondre et de briser mon personnage de voisine fâchée.»

Parce que oui, je lui ai répondu. «Salut». Par automatisme.
Je n'avais vraiment pas le choix.
Je suis fâchée contre lui (même s'il ne le sait pas), mais je sais vivre (même s'il ne le sait pas non plus).
C'était un bonjour que je ne pouvais pas ignorer.

Je suis certaine qu'il est entré chez lui et qu'il a dit à sa blonde «Tu sais pas quoi? La fille d'à côté qui est toujours bête vient de me dire bonjour!!!»

Je sais que moi, quand je suis rentrée, j'ai dit à mon chum «Je viens de dire salut à notre esti de voisin. J'en reviens pas.»

Mon chum non plus n'en revenait pas. Il sait à quel point je l'haïs.
Je pense que c'est la fin d'une époque.

Commentaires

Articles les plus consultés